Mali – Carteron : « On a envie de faire un très gros coup »

 Invité de Luis Attaque ce mardi sur RMC, Patrice Carteron, sélectionneur du Mali, a évoqué ses ambitions pour la CAN où son équipe affrontera l’Afrique du Sud, le pays résident, en quarts de finale.

Patrice, comment avez-vous vécu le match face à la RDC (1-1), où vous avez rapidement été menés avant de vous qualifier en quarts de finale ?

Au bout de 30 secondes, on a pris un but sur penalty et un poteau, je ne connaissais pas cette situation! Mais il restait du temps, on a su reprendre le fil du match et égaliser rapidement.

A la mi-temps, on savait que le match entre le Niger et le Ghana (victoire 3-0 du Ghana, ndlr) était plié. L’objectif était donc de ne pas prendre de buts. On a tremblé par moments parce qu’on n’était pas à l’abri d’un coup du sort. On est très heureux parce qu’on avait un peu de poids sur les épaules. On avait à cœur d’offrir aux Maliens une qualification pour les quarts de finale pour leur amener du bonheur. Les nouvelles étaient plutôt bonnes dans la journée puisqu’on savait par exemple qu’à Tombouctou, les gens ont pu, pour la première fois depuis des mois, regarder la télé et voir le match. C’était assez symbolique qu’on se qualifie.

 

Comment avez-vous vécu le départ de Sambou Yatabaré, mécontent de son temps de jeu ?

L’ambiance est exceptionnelle dans le groupe. Sambou est venu me voir pour me dire que sa situation ne lui convenait pas. Je lui ai dit que j’avais besoin de lui mais il a préféré rentrer et laisser ses collègues à 22. Le but est de donner mon énergie à ces 22 qui sont restés et qui défendent fièrement les couleurs du Mali.

Avez-vous évoqué cette décision avec les tauliers de votre équipe ?

Il a pris cette décision. J’ai cherché à le convaincre de rester avec nous parce qu’on a toujours besoin des uns et des autres par rapport aux suspensions ou aux blessures. Il n’a pas voulu revenir sur sa décision. J’ai rassemblé les leaders pour leur faire part de ça et il leur a expliqué. Ils ne l’ont pas bien pris du tout. Ils étaient très fâchés contre lui mais c’est une décision qui lui appartient. A lui de vivre avec.

Va-t-il être sanctionné ?

On a évoqué le sujet avec le président de la Fédération. Je n’ai pas voulu qu’on aborde ça pour l’instant. Le plus important est de rester concentré et que le groupe soit épargné. Pour l’instant, c’est secondaire. L’important est de se focaliser sur ceux qui sont là, qui veulent faire quelque chose et qui veulent donner une image positive du Mali.

Quels sont les points forts et les points faibles de votre équipe ?

La difficulté a été de repartir avec un groupe où beaucoup de joueurs ne jouent pas en club. On a démarré avec un gros travail physique. J’étais très inquiet sur les premiers matches de poule. Mais au fur et à mesure, j’ai senti qu’on avait récupéré des éléments importants comme Maïga. Il nous a fait une crise de palud il y a dix jours. Il s’en est remis et il monte en puissance. Il va de mieux en mieux. Je pense qu’on peut avoir beaucoup plus de fraicheur que des équipes où les joueurs jouent beaucoup en club.

Avez-vous les moyens de vous qualifier pour les demi-finales ?

C’est le but. Je ne suis pas mécontent de jouer contre l’Afrique du Sud en quarts de finale. C’est un adversaire d’un autre niveau. On jouera à l’extérieur dans un stade plein à craquer. Ce sera une expérience extraordinaire. La pression sera sur eux parce qu’ils jouent à domicile et qu’ils veulent gagner cette CAN. On sera libéré et on a envie de faire un très gros coup. Dans cette CAN, il y a un gros favori, la Côte d’Ivoire, et cinq ou six équipes d’un niveau équivalent dont on fait partie.

L’article source, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *