Les réactions match Gabon-Mali: « On veut marquer l’histoire » dixit Cédric Kanté

Les Aigles du Mali, ayant éliminé le Gabon à Libreville en quart de finale de la CAN 2012, se sont exprimé.

Pour le capitaine Cédric Kanté, loin d’être dans la suffisance, les Aigles ont déjà réussi leur compétition quoiqu’il arrive. Samba Sow pense que le mental a payé tandis que Seydou Keita parle de sa fier de porter le maillot malien.

Cédric Kanté, défenseur de l’équipe du Mali :

« On a répondu présents dans l’état d’esprit mais tout n’est pas parfait. On gagne aux tirs au but. Les Gabonais touchent deux fois le poteau et ils ont marqué un but. Il y a eu des petites imperfections mais ça fait partie des joies du tournoi. Notre compétition est réussie quoiqu’il se passe. On va voir maintenant à quel point on a faim. On veut marquer l’histoire. »

Samba Sow, milieu de terrain de l’équipe du Mali :

« On savait que ce serait dur ce soir. Le Gabon jouait devant son public et les Gabonais étaient dans l’euphorie.

Même après leur but, on est restés en place. On a su revenir au mental. Il faut un mental costaud pour aller loin dans cette compétition et on l’a eu. De la chance aussi parce que les tirs au but, c’est aléatoire. […] La solidarité, c’est notre force. C’est ce qui manquait à cette équipe du Mali auparavant. On avait des noms mais pas une équipe comme ça. Maintenant, on a des joueurs qui n’ont encore rien réussi dans le football et qui veulent tout prouver ensemble. »

Seydou Keita, milieu de terrain :

« Je suis fier de porter ce maillot. (Quand j’ai marqué le dernier tir au but) C’était comme si j’étais dans les rêves. J’ai gagné avec Barcelone, mais on est demi-finales et c’est comme si on avait gagné la Coupe. Quand on gagne, je suis comme un gamin, pourtant je ne suis pas jeune (32 ans). Ils y en a dans le groupe qui ont 19 ans, mais je suis encore plus jeune qu’eux! Personne ne nous a fait de cadeau. On a mérité notre qualification. Tout n’est pas parfait. On n’est pas Barcelone ni le Brésil mais on est demi-finales et on va jouer avec nos atouts. La pression c’est pour eux (Côte d’Ivoire). On n’a pas la pression, on n’a rien à perdre. Le passé? En football, le passé ne compte pas« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *