Bilan du Tournoi de l’Uemoa (30 octobre au 6 novembre, à Dakar) : Le Sénégal gagne et perd

(Par Mamanding Nicolas SONKO, http://www.walf.sn )

En abritant la 5e édition du tournoi de l’Uemoa, le Sénégal s’était fixé deux objectifs : relever le défi de l’organisation et remporter le trophée.A l’arrivée, il n’atteindra qu’un seul ; la victoire finale des ‘Lions’ locaux sur les ‘Aigles’ du Mali (1-0).

Pour le second, l’organisation, le Sénégal est, lamentablement, passée à côté de la plaque.

L’équipe nationale locale a battu, le dimanche dernier, celle du Mali (1-0), pour remporter la 5e édition du tournoi de l’Uemoa (Union économique et monétaire de l’Afrique de l’ouest). Les ‘Lions’ locaux, entraînés par Joseph Koto, ont ainsi permis au Sénégal d’atteindre un des deux objectifs principaux qu’il s’était fixé : remporter le trophée mis en jeu et relever le défi de l’organisation. Avec trois victoires et un match nul, le capitaine Pape Ciré Dia et ses coéquipiers ont honoré le football local sur la scène internationale. Les ‘Lions’ ont d’abord réussi un parcours sans faute en match de poule (3-0) contre les ‘Eperviers’ du Togo, (2-1) contre la Côte d’Ivoire et (0-0) contre les ‘Etalons’ du Burkina Faso, avant de s’imposer, en finale, contre les ‘Aigles’ du Mali. Avec le brillant parcours qu’ils ont réussi, Abdoulaye Makhtar Diop, ministre d’Etat, ministre des Sports, leur a déroulé le tapis rouge.’Cette équipe nationale locale du Sénégal regorge de joueurs de talent, surtout au milieu de terrain. Ce que nous venons de suivre dans ce tournoi, nous donne beaucoup d’espoirs pour le renouveau du football sénégalais.Il y a de la qualité dans cette équipe nationale locale du Sénégal’, a apprécié le nouveau patron du sport sénégalais.

C’est alors suffisant pour qu’il invite le staff technique A de faire de l’équipe de Joseph Koto une pépinière de la sélection A. ‘Dorénavant, il ne faut plus qu’on nous dise qu’il n’y a rien derrière la sélection A. Parce que, ce que nous avons, comme potentiel, dans cette équipe nationale locale, est très rassurant’, se convainc le ministre des Sports qui a présidé cette finale de la 5e du tournoi de l’Uemoa. A sa suite, c’est le président de la République, Me Abdoulaye Wade, en personne, qui a adressé ses ‘vives’ félicitations au coach Joseph Koto et ses protégés. ‘Cette brillante performance qui récompense votre engagement et votre persévérance dans l’effort illustre en même temps le renouveau qualificatif de notre football’, a écrit le chef de l’Etat dans la correspondance adressée aux ‘Lions’ locaux. C’est dire qu’avec les félicitations du président Wade, c’est tout le peuple Sénégalais qui a été honoré. Oui.

L’image du Sénégal salie

Mais, si du côté du rendement sportif le Sénégalais peut se targuer d’être le meilleur de la sous-région ouest africaine, tel n’est toutefois pas le cas pour ce qui est de son image. En effet, les incidents survenus au cours de la finale n’honorent pas notre pays. Voir des joueurs sortir des points pour se cogner dessus, est désolant. Très désolant même. Surtout que cette finale passait en directe à la télévision. Elle était ainsi suivie par les populations des huit pays membres de l’Uemoa. (Sic). Des cinq éditions, c’est la première fois qu’un match de ce tournoi, initié pour raffermir les rapports des populations membres, surtout les jeunes, a été émaillé d’un incident de cette nature.

D’où les regrets nourris par Eric Fabre, chargé du marketing et de communication de cette compétition. ‘Ce que nous venons de suivre est scandaleux. Voir des joueurs se boxer est inacceptable’, a-t-il déploré. Avant de marteler : ‘Une décision doit être prise et les sanctions doivent tomber. Je pars du principe que ce que nous venons de vivre dans cette finale n’a pas été du fair-play. L’esprit fair-play du tournoi n’a pas été préservé. C’est très regrettable’.

Et selon lui, étant en terre sénégalaise, il appartient à la Fédération sénégalaise de football, à qui nous avons confié l’organisation de ce tournoi, de prendre les dispositions qui s’imposent’. Le ballon est ainsi dans le camp de la Fsf. Il faut juste rappeler qu’à l’issue du tirage au sort de cette compétition, en août dernier, dans un hôtel de la place, Faustin Diatta, alors ministre des Sports, qui était aussi président de la commission d’organisation, avait déclaré que le Sénégal avait deux défis à relever dans ce tournoi : relever le pari de l’organisation et remporter le trophée mis en jeu. C’est vrai, qu’entre temps, Faustin Diatta a été débarqué, le 18 octobre de sa fonction de ministre des Sports. Mais, ne dit-on pas que les hommes passent, les institutions demeurent. Mais, il faut noter que le Sénégal ne s’est même pas acquitté de sa part du boulot qui consistait à vendre ce tournoi dont l’entrée est libre et gratuite au public. En effet, nombre de matches, hormis ceux des ‘Lions’, se sont joués devant des gradins vides.

Qu’est que le Sénégal a alors pris comme mesure pour relever le pari de l’organisation ?

Mamanding Nicolas SONKO

Source ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *