Issa Kolon Coulibaly : « C’est à eux de croire en eux, de se dire que la balle roule pour tout le monde et que personne n’avalera le ballon pour aller le vomir dans les filets adverses !»

Avant le départ de l’équipe nationale du Mali à Montaigu, Mahamet Traoré a rencontré Issa Kolon, l’entraineur de l’équipe qui représentera le Mali au Mondial Minime.

De l’espace Leonard de Vinci le coach livre ses impressions avant le début du tournoi…

Coach, comment se portent les jeunes ?

Les jeunes sont très sereins. Cela fait un petit moment que nous sommes avec eux.

Nous sommes venus avec l’esprit de bien représenter le Mali. C’est un avantage pour eux aussi d’avoir ce type d’expérience de haut niveau à leur âge.

Les jeunes auront l’occasion de s’imprégner des réalités du football mondiale de haut niveau à leur âge et c’est ce qui est important.

Comment s’est déroulée votre préparation depuis votre arrivé ?

Pour des raisons administratives, nous ne sommes pas venus tous ensemble.

Un match amical était déjà prévu le 30 Mars contre le PSG (jour d’arrivé de la première vagues de 9 joueurs) ainsi que Mory Goita, le chef de la délégation malienne.

Moi j’étais encore à Bamako, mais c’est le doyen Mory qui a dirigé l’équipe malienne (complété par des joueurs d’origines maliennes de leurs catégories au PSG).

Nous avons perdu (2-0) mais les jeunes se sont très débrouillés.

A mon arrivée, nous sommes allés livrer un match nul (1-1) face au Havre (mercredi 01/04/09). Mais l’objectif surtout était de faire imprégner les jeunes d’un autre football, d’un autre environnement et je crois que le message a été entendu avant de rentrer dans le vif du sujet.

L’espace Leonard de Vinci, un endroit idéal pour parfaire la préparation…

Nous sommes vraiment dans de très bonnes conditions de travail.

L’espace Leonard de Vinci (à lisses en régions parisienne) est prisé par des équipes de L1 française ou même des équipes nationales pour leur préparation. Les terrains sont accessibles à la sortie des chambres avec la disponibilité de salle de musculation, piscine…vraiment c’est le top.

Nous sommes dans un très bon état d’esprit !

Le Mali est à sa première participation ; les jeunes affronterons d’autres grandes nations de football (France, Allemagne…) et c’est la première fois aussi que certains jeunes voyagent, le travail mental doit être très important…

C’est très pertinent ce que vous dites et justement c’est sur le travail mental aussi que nous préparons ces jeunes là !

Le football est universel, nos jeunes n’ont rien à envier aux autres jeunes mais c’est plutôt à nous de les pousser à croire en eux. Ils ont été sélectionnés parmi des centaines de joueurs ce qui prouve qu’ils ont des capacités physiques, tactiques ou techniques très importantes.

C’est à eux de croire en eux, de se dire que la balle roule pour tout le monde et que personne n’avalera le ballon pour aller le vomir dans les filets adverses.

Ils sont là pour défendre les couleurs d’une grande nation de football qui est le Mali mais aussi pour préparer aussi le futur.

Parlant de futur, ce mondial peut être un prélude à la préparation des prochaines éliminatoires de la CanU17 ?

Bien sur ! L’expérience que ces jeunes auront amassé durant ce tournoi leur permettra d’être plus outillés pour les échancres futures. Cela contribuera certainement au Mali d’occuper son rang d’antan dans les catégories d’âges. C’est un peu la préparation de la relève !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *