Guessouma Fofana, milieu de terrain au Havre Athlétic Club : « J’ai déja eu un contact avec Monsieur Cheick Fantamady Diallo, le sélectionneur des moins de 20 ans du Mali »

guessouma- fofana-hac-maliLa diaspora malienne, à travers le monde regorge beaucoup de talents qui souhaitent soutenir leur pays d’origine. Un besoin d’identité et d’appartenance que les autorités du football malien doivent entendre et mettre les moyens qu’il faut pour ne pas frustrer ces jeunes qui rêvent de servir de Mali.

En tout cas, l’équipe de Malifootball  a fait le choix de porter la voix de ces jeunes afin que l’opinion sache que, même vivant en dehors du Mali, leur amour pour patrie reste intacte.

Découvrez Guessouma Fofana, un jeune milieu défensif de 18 ans, évoluant au Havre Athlétic club, l’un des plus prestigieux centre de formation européen de football.

Guessouma nous parle de sa vie de footballeur, son amour pour le Mali et de son rêve d’évoluer avec l’équipe du pays de ses ancêtres…

De quel village est tu originaire au Mali ?

Je suis origine du cercle de Yelimané.mon père est du village de Kaméoulou et ma mère de Sambaga.

Comment as-tu commencé dans le football, comment t’es-tu retrouvé au Havre ?

J’ai commencé le football à l’âge de 13ans.

Au tout début le football était pour moi un loisir ;  je ne pensais pas que les choses allaient s’accélérer aussi vite.

J’ai débuté dans un petit club de quartier l’Esmga des moins de 13 ans au moins de 18 ans. Compte tenu de mes performances,  l’entraineur de l’équipe première m’a fais confiance et m’a lancé dans le grand bain. J’ai su saisir cette chance, tout se passait bien : ce qui m’a ouvert les portes du Havre Athletic Club, l’un des plus prestigieux centre de formation européen.

Parles-nous de tes qualités propres…

Je suis un milieu défensif à vocation offensive à la Patrick Vierra….je suis puissant dans le jeu,  je récupère beaucoup de ballons et j’aime me projeter vers l’avant. J’aime tirer de très loin car j’ai une bonne frappe de balle et aussi faire la dernière passe.

Quel bilan dresses-tu de la saison écoulée ?

Je crois que le bilan est très positif sachant que c’était ma première saison en tant que sportif de haut niveau. J’ai joué une trentaine de matches, j’ai marqué 3 buts et distiller 5 passes décisives.

Aussi,  je viens aussi d’obtenir mon Bac il ya quelques jours.

Si tu as un choix entre les Aigles du Mali et les bleus, dans quelle équipe souhaiterais-tu faire carrière ? Et dis-nous pourquoi?

Franchement, après de mures réflexions, suite à des échanges avec mes amis et mes proches, mon choix porte sur les Aigles du Mali. C’est la sélection du Mali, celle de mes ancêtres, le pays où mes parents sont nés.

As-tu déjà entrepris des démarches pour être sélectionné avec le Mali 

J’ai déjà eu un contact avec Monsieur Cheick Fantamady Diallo, le sélectionneur des moins de 20 ans du Mali.  Mais en principe je crois que c’est plutôt la fédération qui doit entreprendre des démarches pour attirer le maximum de joueurs.

Et as-tu eu un retour ?

Il n’ya pas eu vraiment de suite…je suis à son écoute et prêt à apporter à la selection et donner le meilleur de moi même.

Que penses-tu pouvoir apporter à la sélection malienne de ta catégorie ?

Sans parler de mes qualités purement sportives, je pense pouvoir apporter de l’enthousiasme, du caractère, de la détermination et aussi ma rage de vaincre

Et si tu n’es pas pris immédiatement ?

Dans le football il faut savoir être patient même si il y’a des échéances telle que la Coupe du Monde que j’aurais voulu y participer avec le Mali.

Disons que si je ne suis pas sélectionné, j’attendrais et on verra bien ce que l’avenir me réserve…

Penses-tu que le football malien fait des efforts pour vous récupérer, vous les binationaux ?

C’est une question à laquelle j’aurai aussi du mal à répondre. Pour moi ce n’ai pas une question d’effort mais plutôt une question d’organisation sans entrer dans les détails.

Tu as de la famille dans le football, parles nous un peu d’eux…

Oui mon frère grand Gueida. C’est vraiment un plus pour moi d’avoir un frère qui a autant d’expérience et de qualités humaines que lui. Il me conseil beaucoup et me motive dans les moments difficiles. Sinon les internationaux maliens Samba, Fousseiny et Abdoulaye Diawara sont de la famille de ma mère.

Rêves-tu de jouer contre ton frère Gueida (qui est capitaine des bleues)  lors de  la coupe du monde des moins de 20 ans en Colombie ?

(Rires) c’est sur que c’est un rêve pour moi… Ce serait un très gros challenge d’autant plus que nous nous ne sommes jamais rencontré en face à face en match officiel.

As-tu un message particulier pour ta famille, proches, coaches ?

J’en profite pour remercier mon ancien coach KADER DJEMEL grâce à qui j’en suis là aujourd’hui même si la route reste encore longue.

Et aussi à ma mère, mon père, mes frères et sœurs ainsi que mes amis et à tous ceux qui me soutiennent.

Et pour finir Malifootball.com pour moi est le meilleur site sur l’actualité des aigles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *