Can 2013/Mali : l’emprise du milieu

(Par David Kalfa, RFI)

Face à la RD Congo, l’équipe du Mali a affiché une grande maîtrise au milieu de terrain. L’entrejeu malien, compact et complémentaire, devrait encore être un des principaux atouts  des Aigles lors du quart de finale de la CAN 2013 face à l’Afrique du Sud, le 2 février à Durban.

 L’équipe du Mali a-t-elle trouvé la bonne formule avant de défier celle d’Afrique du Sud en quarts de finale de la CAN 2013, le 2 février à Durban ?

La sélection malienne a affiché une progression constante et une maîtrise grandissante dans le jeu durant le premier tour. Quelques statistiques en témoignent : parmi les huit qualifiés en quarts, le Mali est l’équipe qui a remporté le plus de duels (54,4%), qui a réussi le plus de centres (14) et elle est troisième au classement du taux de passes réussies (78% derrière la Côte d’Ivoire et le Nigeria).

 

Le milieu de terrain malien a été particulièrement compact et souverain lors de son troisième match de poules, face à la RD Congo. « On a posé pas mal de problèmes à cette formation, confirme le défenseur Fousseini Diawara. Il y a eu beaucoup de mobilité entre Seydou Keita, qui est un peu notre électron libre, ‘Momo’ Sissoko, qui met beaucoup d’impact physique, Samba Sow, qui a été très bon dans la créativité. Et sur les côtés, on a bien su contenir leurs joueurs de couloirs. On a trouvé un bon équilibre. Le coach Carteron arrive à s’adapter aux joueurs à sa disposition mais aussi au type d’adversaire qui est en face ».

Une association Sissoko-Sow-Keita

Face à la RDC, le sélectionneur Patrice Carteron a pu aligner l’équipe-type qu’il avait imaginé avant la compétition. Une équipe-type qui a tardé à voir le jour, à cause de la méforme de certains et des petites blessures des autres. « Dans un premier temps, j’ai voulu faire jouer ceux qui me paraissaient le plus en forme physiquement, décrypte Patrice Carteron. Ça nous a souris puisqu’on a gagné sur la fin face au Niger, davantage grâce à nos qualités physiques que footballistiques d’ailleurs. Ça n’a pas suffi face au Ghana, en revanche. Mais cette défaite m’a permis de constater qu’en continuant dans cette configuration-là, on ne pouvait pas espérer grand-chose pour la suite »

Patrice Carteron a donc décidé d’aligner enfin son entrejeu à trois avec Momo Sissoko à la récupération, Samba Sow en relais et Seydou Keita à la mène. Une association rendue possible par la montée en puissance progressive de Sissoko, arrivé en méforme du PSG, et le retour de blessure de Samba Sow. « On a joué à trois au milieu avec ‘Momo’ (Sissoko), Seydou (Keita) et moi, explique Sow. On a été costauds. On a pressé très haut le milieu de terrain adverse. Et on a eu la chance de bien contrôler le ballon ».

Soulager Seydou Keita

Patrice Carteron souligne : « L’idée, c’était aussi de soulager Seydou Keita d’un rôle de meneur de jeu, parce que les équipes adverses se focalisent sur lui. […] Je trouve qu’on est montés en puissance sur ce match (face au Congo). Et j’ai beaucoup aimé ce qu’a dégagé l’équipe. On concède très peu d’occasions et on est difficiles à jouer. Et ça, c’est quelque chose de très intéressant. » Puis l’entraîneur ajoute dans un sourire : « Je suis persuadé qu’on va encore monter en puissance pour faire un grand match face aux Bafana Bafana. » Si le milieu de terrain malien réitère la même prestation que face à la RDC, l’Afrique du Sud a du souci à se faire.

 

Can 2013, quart de finale

Afrique du Sud-Mali à 18h30 (TU)

Article source ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *